#Mali100Méga

Attention, en février 2016, Orange-Mali a changé (en pire) son offre Internet.

Beaucoup d'informations ici présentes sont désormais obsolètes. En attendant une prochaine mise-à-jour, veuillez consulter le communiqué s'y référant ainsi que notre Guide de l'Internet au Mali (février 2016).

#Mali100Méga est une initiative du secteur TIC du Mali pour une amélioration drastique des connexions Internet fixe tant en débit qu'en coût.

Le besoin

Nous, professionnels des TIC, avons besoin d'une connexion permanente, illimité et haut-débit à Internet afin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions et d'être compétitifs sur un marché toujours plus mondialisé.

Le problème

Un seul opérateur, Orange-Mali détient 96% du marché de l'Internet fixe au Mali ; Son seul concurrent, l'opérateur historique Malitel n'étant pas capable de fournir une qualité de service acceptable…

Le débit maximum proposé aux entrepreneurs (particuliers) est de 384Kbps pour un prix de 36 000F/mois.

Le débit max n'a pas été augmenté depuis 2009! Le prix n'a pas été réduit depuis octobre 2011!

La solution

Faire pression sur Orange-Mali et/ou les autorités ?

Le Mali s'est doté en 2003 d'une autorité de régulation (AMRTP) dont le rôle est précisemment d'encadrer les activités des opérateurs. Bien sûr, la voix et le mobile sont leurs sujets principaux, mais comment comprendre qu'un opérateur capte tout le marché et cesse toute évolution pendant plus de 5ans sans attirer l'attention du régulateur ?

Où en est-on ?

Nous avons interpellé le 21 avril 2015 l'AMRTP, le Ministre de l'Économie Numérique, de l'Information et de la Communication ainsi que la Comission de l'Eau, de l'Énergie, des Industries, des Mines, de l'Artisanat, du Tourisme et des Technologies de l'Assemblée Nationale.

Une copie de ces correspondances est disponible: AMRTP-M100M-01.pdf, MENIC-M100M-02.pdf, AN-M100M-03.pdf. Consulter les décharges.

L'évolution du dossier sera publié sur la page Facebook.

Questions/Réponses

À quoi va servir un meilleur débit ?

Nous autres professionnels des TIC sommes avant tout des producteurs : d'aucun créés des logiciels, d'autres des sites web, d'autres des vidéos ou des animations, etc. Tous ces contenus sont lourds et doivent être échangés rapidement entre nos différents outils ou avec nos clients.

L'innovation technique (on le vérifie partout), s'exerce là où les contraintes sont les moins fortes, et dans le cas des TIC, là où les débits sont les plus élevés.

Un meilleur débit, c'est avant tout :

La nécessité d'un meilleur débit est partagé par tous, y compris les opérateurs qui offrent des débits toujours meilleurs sur le mobile et axent une bonne part de leur communication dessus.

Le haut débit que nous envions à nos voisins est déjà dépassé et les pays développés se tournent tous vers le très haut débit (de 100Mbps à 1Gbps) pour des raisons de croissance économique (stratégie Europe 2020 – adoptée en 2010).

Donc vous souhaitez une offre spéciale pour les entrepreneurs ?

Surtout pas ! Un entrepreneur est par définition un particulier qui créé son activité. Pour que les TIC fassent émerger une nouvelle catégorie d'entrepreneurs, il est indispensable qu'une connexion rapide soit accessible à tous :

Les connexions mobiles (data, Flybox et Malitel) fonctionnent et sont très rapide. Pourquoi ne pas les utiliser ?

Oui, les connexions mobiles ont fait beaucoup de progrès ces dernières années et notamment en termes de débit mais elles sont peu stables et surtout, elles sont facturées à la consommation. Ce dernier point est incompatible avec nos activités tant en terme de débit (comment travailler efficacement s'il faut surveiller la consommation ?) qu'en terme comptable (impossible de prévoir le montant de la facture).

Pourquoi est-ce que vous vous focalisez sur Orange et pas Malitel ?

Comme dit le proverbe, «Le serpent a beau courir, il ne va pas plus vite que sa tête».

Malitel n'arrive pas a fournir une connexion ADSL de qualité à ses clients actuels. De plus, son service commercial est excecrable. Sans une amélioration de ces deux paramètres, il n'est pas envisageable pour nous autres professionnels d'utiliser leurs services. La situation étant la même depuis des années, nous préférrons tabler sur Orange Mali dont l'issue dépend essentiellement d'une décision commerciale.

Il existe des connexions 1Mbps, 2Mbps voir plus déjà. Pourquoi n'en parlez-vous pas ?

Il existe effectivement un marché Business proposant des débits supérieur voir même des liaisons spécialisés.

Ces connexions sont hors de portée des entrepreneurs, TPE et PME. Elles s'adressent essentiellement aux services de l'État, à certaines ONG et grandes entreprises.

Malgré des prix exhorbitant (300 000F/mois pour 1Mbs chez Orange, 1 500 000F/mois pour du 4Mbps chez Malitel), les débits proposés restent ridicules en comparaison des offres grand public d'autres pays.

Quels sont les limites à l'augmentation des débits ?

En matière de connectivité Internet, il existe deux principales limites :

De toute façon c'est partout pareil en Afrique non ?

Faux ! À part la Guinée qui plafonne à 256Kbps et le Niger qui, comme nous plafonne à 384Kbps (mais à 83 000F/mois), les autres pays de la zone sont beaucoup mieux lottis.

Tableau simplifié des débits disponibles et les tarifs correspondants dans quelques pays
Voir dans une autre devise :
débit / tarif mensuel384k512k1M2M4M8M10M20M
MALI36 000F
SÉNEGAL29 900F39 900F
CÔTE D'IVOIRE31 000F46 400F87 600F
MAURITANIE6 950F12 742F19 691F34 749F57 916F
ALGÉRIE9 980F13 100F19 962F31 190F
NIGER83 000F
GUINÉE-
BURKINA FASO41 900F80 400F
GHANA37 187F49 686F68 437F
MAROC6 066F9 130F30 577F
TUNISIE4 687F6 250F9 375F15 625F
FRANCE13 119F

Il y a d'autres problèmes au Mali. Internet n'est pas prioritaire.

Faux ! Sans entrer dans le débat de la priorisation du développement, Internet est reconnu par tous les organismes internationaux comme un facteur de développement humain et économique et est même considéré dans certains pays comme un service social de base.

Au niveau purement économique, c'est un incroyable facteur de croissance, en particulier pour notre domaine, l'entrepreneuriat car il offre un marché et des opportunités réelles et facile d'accès à la jeunesse.

Conscient de cet état de fait, le gouvernement a annoncé en novembre 2014 une Stratégie Nationale de Développement de l'Économie Numérique dont l'un des objectifs est de «faire de Bamako un hub sous-régional des technologies».

Cet objectif est évidemment innenvisageable dans la configuration actuelle des choses, la connectivité Internet étant l'un des facte‡urs déterminant de toute initiative de ce type.